Lorraine

Ce soir 31 décembre 2015 à minuit la Lorraine n’est plus.

En hommage aux Lorraines et aux lorrains, voici   un chant de la Lorraine

Lorraine,

Avec un ciel collé aux semelles
de tes plateaux
Et ce fleuve qui gardait si mal
Son eau à fleur de terre, jumelle
des cieux pâles …

Aujourd’hui, les fils téléphoniques
Où se tissent les conversations
Passent là, le 20e siècle a posé sur toi
son tampon
Et tu me fais un salut plein de pluie.

Le sceau du 20e siècle, les soldats
ont eu bien mal.
Dans ta glaise jaune saignaient
les godillots.
Tout l’Est a vendangé un vin sanglant,
l’impôt
De chair fut payé plaie par plaie,
râle par râle
Le long de tes coteaux.

Sur cette campagne pour toujours médiévale
Là où ta maison, bergère, se tient,
on entend les troupeaux
Gémir de toute leur douleur pascale.

Et j’entends ta voix frêle et haute,
et ton pas pastoral.

Tu marches vers ton armée, vers ton bûcher,
Et l’eau
De la Meuse te dit adieu et ruse
En plissant son dos.
Et tu trempes, pensive, ta main virginale
Dans son cours trop mol pour être flot.

T’es tu retournée pour dire adieu
à ton père, à ta mère ?
As-tu salué les champs où
tes genoux se sont ouverts
Pour la première fois à tes premiers jeux,
Stigmates des ris d’enfants
brisés aux pierres
Des chemins tortueux ?

Tu marches vers tes soldats,
tu marches,sûre de toi.
Mais qui donc te reconnaîtra ?
Même ta maison ne t’a pas reconnue,
rappelle-toi
Ce jour où tu avais mangé trop de mûres,
Du fruit en larmes noires sur la figure …
Alors, si l’ange dans la clairière
t’a parlé,
Qui voudra laisser son aire
et son jeune blé
Pour voler vers ce roi de petit domaine

 

 

 

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.