Croix

La croix latine, supplice du Christ, était surmontée d’une traverse sur laquelle on lisait INRI, Jésus de Nazareth, Roi des Juifs. Son côté transcendantal rappelle l’élévation de l’esprit et l’horizontale marque l’égalité des hommes. La croix avec sa verticale et deux traverses dont l’une plus petite se trouve être dans les armes des ducs d’Anjou devenus ducs de Lorraine qui en firent le symbole de la croix de Lorraine après la mort de Charles le Téméraire devant Nancy, lui arborant la croix de Saint André. Tout comme la croix de Lorraine constitue le symbole du défenseur de Metz, le Duc de Guise, lors de la ligue.

Les publicitaires du FC Metz, après avoir décapité Saint-Symphorien, font bonne mesure et s’attaque au blason mettant à genoux Saint Clément, vainqueur du Graoully qui se retrouve alors sur les fesses des joueurs. A bas les deux couleurs d’argent et de sable de Metz (clair/sombre ou blanc/rouge) pour retenir que la croix de Lorraine date de la résistance française et marque l’attachement du club de retour en 1945 dans le giron français. Cependant cet esprit cocardier est contredit par une cargaison d’arrivage de mercenaires venus des quatre coins du monde. Certes la croix chrétienne dit l’universalité mais l’attachement viscéral de ceux-ci à la terre natale reste à démontrer. Un «grand chambardement » lit-on, souhaitons que les joueurs de football fouleront le terrain avec sincérité, le blason désormais à terre, et que la ligue ne soit pas leur chemin de croix. Qu’en pensent les abonnés?

Publicités