Saint-Nicolas

Ce sept décembre, au balcon de l’Hôtel de Ville s’installera une figure de la Lorraine, Saint-Nicolas avec sur ses pas le premier magistrat de la cité messine, (Saint) Dominique Gros.
La chanson dit : « Ils étaient trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs… ». Perdus, ils se réfugièrent chez le boucher qui les découpa et les mit au saloir. Vint à passer Saint-Nicolas, sept ans après, il souhaita déguster le petit salé. Pris de crainte, le boucher se sauva et Saint-Nicolas ressuscita les trois petits enfants. L’affaire est sauve et les enfants aiment leur Saint Patron depuis le Moyen-Age. Pour l’occasion ce sera un lancer de bonbons, de friandises, de sucreries en tout genre. Cette tradition prévaut aussi chez nos voisins flamands et allemands, tout comme en Russie.
Force est de constater que les emblèmes religieux ne sont pas goûtés sous le même ciel. Ainsi, le Conseil Général de Vendée a dû désinstaller du hall d’accueil la crèche de Noël. Des esclaves pansus, perdus dans leur limbe, avec l’appui du juge du Tribunal administratif de Nantes, alléguant sur la laïcité, ont gagné au démontage. Relevant du système actuel de déconstruction du passé dépassé auquel se prêtent des maîtres de la pensée unique pour mieux combattre tous les signes religieux qui sont les derniers reliquats de l’histoire de France défiant leur aversion pour ce pays.

Quand seront démontés les bildstocks de notre campagne lorraine ?

Qu’en pense le juge du Tribunal administratif de Strasbourg ?

Advertisements