Identité

Le poète Ausone (310-395) chante la nature et son abondance pour l’homme. Dans son ode à la Moselle, 483 vers, il écrit : « …j’admire les œuvres de la nature, et non ces recherches des dissipateurs, ce faste d’une folle indigence qui rit de sa ruine… ».

La Moselle, rivière mais aussi département, riche d’un passé, d’une histoire et d’une véritable identité. Moselle de la Révolution Française, tiraillée entre France et Deutschland au gré de l’histoire guerrière, des politichiens illégitimes (les dissipateurs) veulent te rayer de la carte. Ce fut déjà fait par d’autres, le 18 mai 1871, tout autant illégitimes, pour créer le Reichland Elsass-Lothringen.
Regarde, Moselle, ces contempteurs, sous les coups de butoir du pays d’à côté, en paix, mais qui réclame de rejoindre la teinte plate que l’on veut t’imposer au nom d’invraisemblables économies.
Ô Moselle, toi aux paysages somptueux, au sol et sous-sol si riches (la nature), aux talents connus (Rabelais, Ambroise Paré, duc de Guise, Georges de la Tour, Erckmann et Chatrian, Paul Verlaine, Robert Schuman, Jean Burger…). Après un millefeuille créé par des pompiers pyromanes politisches (les indigents) qui, au nom de leur croyance païenne, décident de ton sort.
Pourquoi cette haine des différences, eux, si prompts à les combattre ailleurs? Pourquoi cette volonté féroce de niveler par copie ?

Qu’en pensent les mosellans ?

 

 

 

Publicités