Il y a du monde au balcon

 

dessin peynet

Pour ce  dessin d’humour, j’ai choisi un dessin de Peynet.

Nous sommes dans un jardin public, des arbres en fleurs encadrent la scène et des oiseaux s’envolent dans le ciel pour un tableau onirique : c’est le printemps.

En arrière plan, deux chaises de square dont les dossiers représentent un cœur sont rapprochées l’une de l’autre.
Deux amoureux viennent de les quitter et s’éloignent vers le fond du jardin, tendrement enlacés.

Tout ce dessin est tracé dans une ligne graphique pure et simple, en noir et blanc, avec un seul rehaut de couleur rouge pour le banc sur lequel assis, se fait face un couple d’amoureux, au 1er plan et pour le chapeau de l’ amoureuse .

Pour achever le décor, le gazon est envahi de pieds de muguet.

Lui, en chapeau melon, les cheveux longs et raides du poète romantique qu’il est, est vêtu d’un complet veston avec un faux col en celluloïd, sa main gauche posée sur sa jambe.

Lui faisant face, elle, élégante avec ses escarpins à talon plat, porte une robe sage sous le genou, ajustée à sa taille fine mais avec un bustier pigeonnant accueillant un couple d’oiseaux, laissant paraître ses atours.
A son cou, un accroche cœur, elle tient dans sa main droite un petit sac à main. Son bibi rouge coiffe ses cheveux mi courts et raides.

Les deux petits oiseaux sont perchés au balcon, offert par ses seins avancés. Son amoureux attiré par ces appâts tend sa main qu’elle retient délicatement de sa main gauche et lui dit en souriant, les yeux remplis de malice :

-Trop tard ! J’ai loué l’emplacement à un couple d’hirondelles…

L’amoureux, transi et dépité essuie une larme.
Raymond Peynet naît à Paris le 16 novembre 1908. Pour son Noël 1916, il reçoit une boîte de crayons de couleur dont il fera bon usage en illustrant les marges de ses cahiers d’écolier par des dessins humoristiques.

Après l’école d’arts appliqués de Paris, il se lance dans le dessin publicitaire pour créer des étiquettes, des décors de boîtes de gâteaux…

Il épouse sa muse, en 1930, au nom prédestiné de Denise Damour.
Il crée sa propre agence et il illustre en 1939 « Le voyage de Monsieur Perrichon » de Labiche mais illustre aussi Musset et Anouilh.

Prisonnier des Allemands, en 1940, il s’évade et rejoint sa famille à Valence. Alors chargé, en 1942, de remettre un pli à un correspondant de guerre, rendez-vous est donné devant le kiosque de Valence.
Crayon et bloc de papier en mains, il imagine un petit violoniste aux cheveux longs qui joue du violon seul dans le kiosque et une admiratrice qui l’écoute, énamourée.

Il crée ce jour là le couple des Amoureux de Peynet qui le rendra célèbre et qui reste dans nos mémoires.

Les amoureux, le poète et sa compagne évoluent de dessin en dessin dans un cadre onirique, touchant au romantisme naïf, accompagnés de petits oiseaux et d’angelots symbolisant la liberté et l’amour.
Ses dessins d’humour paraissent dans Paris Match, Marie France, Elle et lui offre une renommée mondiale.

Sa notoriété lui permet de décliner son travail sur des supports variés : porcelaine, écharpes, cartes postales,timbres et sous forme de poupées.

George Brassens écrira « Les amoureux des bancs publiques, faisant référence aux Amoureux de Peynet.

Raymond Peynet est décédé à Mougins le 14 janvier 1999, un mois avant la Saint Valentin.

On peut voir son œuvre dans le musée qui porte son nom à Antibes.
Son travail connu, jusqu’au Japon lui vaut une statue du couple d’amoureux à Hiroshima.
Et enfin pour ceux qui voudrait le découvrir un peu plus, je recommande « Les amoureux de Peynet » paru aux Editions Hoëbeke.

Bonne recherche et bonne lecture.

 

Advertisements

2 commentaires

Les commentaires sont fermés.